Les Echos du Bon Pasteur

La communication c’est « Rendre visible et… lisible l’Eglise présente au monde d’aujourd’hui » écrit Catherine qui réalise la mise en page et l’illustration de l’Echo du Bon Pasteur distribué dans 8500 boîtes à lettres villaroises.

Il est coutume d’organiser des Journées du Patrimoine en septembre, mais tous les mois ne sont-ils pas l’occasion de découvrir les richesses patrimoniales
qui nous entourent ? Ainsi notre paroisse du Bon Pasteur vous ouvre-t-elle ses trois églises tout au long de l’année …

On entend de plus en plus parler de « résilience ». Signe des temps ? Le mot s’emploie pour toutes sortes de réalités : dans le monde de la santé à l’ère du covid, dans la vie professionnelle ou familiale, en économie ou en écologie, dans les relations internationales sur fond de conflit…

Des sapins sont apparus dans nos villes, souvent ornés de lumière. Arbre qui garde sa verdure en traversant la saison froide, il est symbole de vie à l’approche de Noël. Et puis il y a la crèche… Autre symbole de vie, lieu d’une naissance extraordinaire ! Un peu à l’écart de l’agitation du monde, la pauvre crèche de Bethléem, qui était plutôt une sorte de grotte, nous redit chaque année que la joie et le bonheur peuvent fleurir dans la plus grande simplicité…

En ce temps de rentrée, retrouvons avec joie notre église paroissiale, un lieu que saint Jean XXIII comparait à « la fontaine du village »… C’est là que le Seigneur nous attend pour nous désaltérer à la source de sa grâce. Là aussi que nous pouvons nouer de précieuses relations fraternelles avec ceux qui se trouvent à nos côtés…

Dans le contexte que nous connaissons depuis un an, tous les petits signes d’espérance sont bons à prendre… et même les grands ! Rallongement des jours (et de l’ensoleillement !), renaissance de la nature, éclosion et fleurissement, chant des oiseaux… Tout ce créé qui prend vie, « Dieu vit que cela était bon. » (Gn 1). Heureuse coïncidence, la fête de Pâques arrive en cette saison de régénération. La nature semble annoncer la Bonne Nouvelle à sa manière : une renaissance universelle, inaugurée par le Christ Jésus, premier homme ressuscité d’entre les morts… Cette fois, nous parlons d’une lumière qui ne s’éteint plus…

Les mois qui viennent de s’écouler ont bouleversé beaucoup de nos projets, tant sur un plan général que particulier. Le rythme effréné de notre monde a été comme suspendu par la pandémie qui a touché parfois si douloureusement nos vies. A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, nul ne peut dire quelle sera la situation sanitaire, lorsque sera diffusé ce petit bulletin. Une chose est certaine, notre humanité a été le témoin de sa fragilité. Ce qui nous semblait si indestructible est tout à coup apparu vulnérable. Cette lutte aura peut être mis en lumière la différence entre l’essentiel et l’accessoire…

Qu’allez-vous faire en moins pour Noël ? Quels plaisirs festifs, alimentaires ou quels cadeaux allez-vous supprimer quitte à subir l’incompréhension de vos amis ou proches ? Êtes-vous prêts à ne pas offrir de téléphone portable, tablettes, jeux vidéo ou ordinateurs à vos chers enfants ou petits-enfants ? Êtes-vous prêts à ne pas être prisonniers de leurs désirs et à essayer de donner un sens chrétien à ce déferlement de guirlandes et « d’esprit de Noël » déchristianisé ?…

Nous nous souvenons tous du « spectacle » sidérant de l’incendie de Notre Dame de Paris… Ce feu disait quelque chose de plus profond… Fin juin, le pays a souffert d’une semaine de canicule inédite à tel point que même le brevet des collèges a dû être repoussé. Le feu du soleil faisait peser son ardeur sur les français. Là encore, l’histoire de l’humanité va être obligée de changer en raison d’un feu venu du ciel. A l’horizon d’une dizaine d’années, le climat en France va nous contraindre à de profonds changements dans nos modes de vie ; les plus convaincus l’anticipent déjà. …

Rien ne va plus ! C’est par cette phrase que dans un casino, les joueurs savent qu’ils ne peuvent plus toucher leur mise. Ils attendent avec une montée d’adrénaline le résultat incertain de leurs paris. Nous sommes entrés, chers villarois et villaroises, dans une période de l’histoire humaine où chaque peuple attend de savoir de quel côté va tomber la pièce… Rien ne va plus, la pièce est lancée…

« Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » Cette phrase prophétique est de Jésus Christ. C’était pour le moins visionnaire ! Voilà vingt et un siècles, un Homme né à Bethléem, nommé Jésus, annonce à des foules, sans doute un peu dubitatives, la fin de la création. Il n’était pas scientifique et il ne connaissait pas l’expérience du réchauffement climatique, mais il avait une incroyable prétention pour ses contemporains qui avaient tendance à prendre les astres pour des dieux…

C’est par cette phrase que le premier livre de la Bible, la Genèse, clôt le récit de la création de l’homme et de la femme, avant que Dieu ne se repose au cours du septième jour. Les vacances d’été sont une occasion de choix pour les citadins actifs de revivre quelques réalités décrites dans le livre de la genèse. Après une année bien remplie, les quelques semaines de repos nous sortent de la frénésie de la ville et nous mettent, à nouveau, en contact avec la nature…

Poisson d’avril ! Cette année, le dimanche de Pâques tombe le 1er avril. Ce n’est pas une farce, loin de là ! S’il est difficile de connaître parfaitement l’origine du poisson d’avril, on sait que, dans les siècles précédents, le jeûne du carême et l’abstinence de viande étaient vécus de façon plus rigoureuse qu’aujourd’hui. Il y a là un grand paradoxe. Dans notre société qui déborde de biens de consommation et qui jette des tonnes de denrées alimentaires, il devient difficile de vivre, même pour des chrétiens, le jeûne et l’abstinence de viande le vendredi de carême…

Ceux qui viendront prier l’Enfant Dieu, à la messe de Noël, remarqueront peut-être un petit changement. Après des années de réflexion et d’approfondissement théologique, l’église a modifié une phrase du Notre Père depuis le début de l’Avent, temps de préparation à la nativité… Nous ne dirons plus « Et ne nous soumets pas à la tentation » qui pouvait être mal compris… Désormais, nous disons à Dieu notre Père « Et ne nous laisse pas entrer en tentation »…

… le premier miracle de Jésus a eu lieu lors d’un mariage à Cana. Il y changea l’eau en vin et manifesta ainsi que nos amours humains fatigués avaient besoin de sa présence divine pour goûter un nectar d’Amour venu du ciel. Jésus se servira encore de l’image de la vigne pour expliquer le mystère de son Eglise…

Au printemps, la nature sortira du long hiver lorrain pour fleurir nos campagnes et nos villes. Le soleil donnera des couleurs aux fleurs et aux arbres. Comme tous les ans, au printemps, les chrétiens célébreront la fête de Pâques. On pourrait croire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil !…

Les fêtes du calendrier se succèdent, revenant avec une constante régularité. Toutefois, il ne faudrait pas penser que chaque année n’offrirait qu’une sorte de perpétuel recommencement…

On dit souvent qu’en France, pour ne pas se disputer lors d’un repas de famille, on ne parle ni de politique, ni de religion, ni d’argent. Ces sujets divisent profondément les français. Que dire alors quand il s’agit de l’Eglise et de l’argent ?…