👉 Dimanche 06 novembre 2022 – 32e Dimanche du Temps Ordinaire – C

👉 Samedi 5 novembre 2022 – Messe à 18h00 à Haroué

➡ Téléchargez le livret de messe ⬅

📒 « Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants; tous vivent en effet pour lui. »

💭 Ceux qui ne croyaient pas à la résurrection lui ont tendu un piège : « Si une femme a eu successivement sept hommes, de qui sera-t-elle l’épouse à la résurrection ? » Cela paraît risible dans l’exagération, mais la question est bonne, elle est même actuelle. Dans le même style, nous pourions nous demander avec qui vivrait celui qui s’est remarié, et s’il y aurait des jeunes et des vieux suivant l’âge de la mort. De plus, en ne faisant rien, on ne s’ennue pas là-haut ? Et comment est-ce possible d’y vivre avec son corps ? Et s’il n’existait que dans l’imagination, ce monde qu’il annonçait ?

Jésus présentait son Dieu comme son propre Père et comme un Père pour nous. Il en concluait que les fils d’une même mère ne peuvent qu’être des frères. Ainsi, il créait un monde de relations, de relations d’amour. Mais nous pouvons nous demander : « Qui es-tu pour prétendre le connaître, ce monde, qui te dépasse tellement, toi qui aimes si peu ? Toi qui en es toujours à chercher des raisons et des définitions ? Toi qui as peur des doutes, qui veux des certitudes ? » Et si pour l’approcher, ce monde qui fait question, il nous fallait d’abord courir le risque d’aimer ?

Alors nous partirons, sans arrière-pensée, au coude à coude avec ceux et celles qui croient à la résurrection et les autres qui ne croient pas, à la rencontre de ceux et celles que l’on rejette à la rue, au fossé ; qu’on repousse aux frontières ; ceux et celles qui sont de couleurs différentes, d’une autre condition, d’un autre rang social, d’une autre formation, d’une autre religion. Nous les respecterions comme des frères et soeurs, parce qu’enfants d’un même Père. Nous leur rendrions la vie. Nous inaugurerions ainsi, modestement, ce monde merveilleux de la résurrection.