Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La Sainte-Trinité au Nord-Est de Nancy La Sainte-Trinité au Nord-Est de Nancy
Navigation

LES RAMEAUX

Arrivée du Christ à Jérusalem

ou l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem.

Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. (...)

Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route.

Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! »

Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

(Mt 22, 1-2 et 6-11)

Entrée de Jésus à Jérusalem (vitrail de Notre-Dame de Chartres ; document Wikipedia)

 

Au terme de ses prédications face aux foules de Galilée, Jésus monte à Jérusalem pour la fête de la Pâque juive

Il est précédé par la réputation de son enseignement. Aussi est-il acclamé à son entrée dans la ville. C’est humblement assis sur un petit âne qu’il y pénètre. Sans doute veut-il déjà signifier que son royaume n’est pas de ce monde.

C’est la joie dans Jérusalem. Cependant les paroles et les actes de Jésus avaient déjà interrogé puis irrité scribes et pharisiens, ces observants de la Loi de Moïse plus attachés à la forme et aux rites qu’à l’esprit de celle-ci. Jésus ne les avait pas ménagés non plus : « Ne soyez pas comme ces pharisiens hypocrites… ».

En outre après être arrivé au Temple, il en chasse violemment les marchands : « C’est une maison de prière et vous en avez fait un repaire de bandits ».

 

 

Arrivée du Christ à Jérusalem (Pietro Lorenzetti, 1320 ; document Wikipedia)

 

Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir...

« …mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait ». (Lc 19, 47-48)

Malheureusement les foules sont versatiles et ceux qui l’acclament ne vont pas tarder à se retourner contre lui. Alors arrivera la trahison de Judas, le procès devant le grand prêtre Caïphe, le laisser-faire de Pilate, la flagellation, les railleries et la crucifixion.

Tout cela est rappelé lors de la messe des Rameaux. On y lit l’épisode de l’entrée triomphale mais aussi, longuement, le récit de la Passion.

 


Prières

- « Seigneur, aujourd’hui commence la Semaine Sainte. Je ne veux pas que cette semaine ressemble à n’importe quelle autre semaine de l’année. Je ne veux pas demeurer indifférent aux mystères de ta passion et de ta mort. Ainsi je viens à toi dans la prière pour méditer et réfléchir sur ce qui s’est passé les derniers jours de ta vie sur terre. Chaque jour de cette semaine je veux prendre le temps pour contempler ces mystères. Aujourd’hui, dimanche des rameaux, tu entres triomphalement à Jérusalem, accompagné des acclamations de la foule. Aide-moi en ces quelques minutes de prière à pénétrer plus profondément dans la signification de cette célébration. »

LIRE LA SUITE sur catholique.org


- Le portail internet des Fraternités de Jérusalem (hébergé par le site de la Conférence des Évêques de France) nous propose une méditation sur la façon dont Luc parle de l’entrée à Jérusalem.