Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Une invitation du Service des Vocations

Prêtres... Racontez-nous votre histoire !

Le dimanche 22 avril sera celui du « Bon Pasteur » et, à cette occasion, l’Église nous invite à prier pour les vocations de prêtres. La liturgie sera sûrement marquée dans nos paroisses par cette intention, mais ne pouvons-nous pas faire plus ? 
Plus et peut-être autrement ?
Pourquoi ne pas interroger les prêtres que nous connaissons ? Nos curés ? Les prêtres à la retraite que nous rencontrons ? Les inviter même !
Pour leur demander de raconter leur propre vocation. De venir la raconter auprès de groupes, lors d’une veillée, dans des familles, au caté…etc.

Il ne s’agit pas seulement de se souvenir ou de s’attendrir sur le passé. Il s’agit surtout de laisser Dieu nous toucher à travers des figures bien vivantes, familières. Combien de prêtres sont devenus prêtres à cause de la figure d’un aîné ! Combien de jeunes ont été mis sur le chemin de la vocation, à cause d’une parole dite incidemment, ou d’un témoignage !

Aussi, ayons à cœur de solliciter les prêtres. Entretenons cette mémoire de la vocation de prêtre ! Et si « nos » prêtres viennent de pays étrangers, demandons-leur de nous parler aussi de leurs Églises.

Nous avons besoin de ré-entendre ces beaux récits de personnes qui ont entendu un appel, et y ont répondu. La vie peut être si routinière, soucieuse ou bruyante (et même la vie en Église), qu’on ne sait plus voir ni se réjouir de ce qui est pourtant la réalité toujours actuelle : Dieu appelle, sans cesse ! Et il s’adresse au meilleur de nous-même, quand il appelle.
Écouter un prêtre parler de son appel, c’est l’entendre parler du meilleur de lui-même, qui a été touché par Dieu. Et c’est laisser à Dieu la possibilité de nous toucher à notre tour, et à travers nous d’autres personnes et peut-être les prêtres de demain !

 

Bien sûr, cela n’empêche pas une prière plus formelle, pour les vocations de prêtres dont notre diocèse a besoin. Notre prière personnelle, l’offrande de nos peines, la prière communautaire, tout cela est important et fécond !
Nous pouvons adopter la prière de notre « Monastère Invisible » :

 

Nous te bénissons, Dieu notre Père et source de Vie, 
pour le salut que tu offres à l’univers, 
et pour l’Église de ton Fils, 
sur qui la puissance de la mort ne l’emportera pas.

Nous te bénissons, Esprit Saint,
pour ton inlassable action dans les cœurs :
de toi surgissent lumière et nouveauté.
Dévoile-nous le mystère de l’Église, l’unité des vocations,
et, au service de tous, le rôle des consacrés et des prêtres.

Aide-nous à faire de nos familles et communautés
des lieux de foi, où Jésus sera aimé, écouté, attendu.
Fortifie celles et ceux qui veulent Le suivre,
dans la vie consacrée ou le ministère de prêtre.
Ouvre les oreilles de ceux qui sont appelés,
mais qui n’ont pas encore entendu l’appel.

Notre Dame de Bonsecours,
Apprenez-nous la prière qui touche le cœur de Dieu,
Et l’offrande du quotidien, joies et peines.
Prenez sous votre garde notre « Monastère invisible » :
qu’il soit une grande chaîne de prière et d’espérance,
pour un renouveau des vocations au sein de notre diocèse,
et pour que l’Amour du Père soit accueilli par tous ses enfants.

Mots-clés associés : ,