Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Saint Pierre Fourier

Itinéraire d'un fils de marchand drapier, de Mirecourt à Gray en passant par Mattaincourt, qui a consacré sa vie aux enfants, aux pauvres et aux malades.

 Ou il prie, ou il étudie

C’est à Mirecourt, le 30 novembre 1565, que naît Pierre Fourier. Ses parents, profondément chrétiens, nomment leurs trois fils, Pierre, Jacques et Jean, « afin qu’autant de fois ils se souviendraient d’eux-mêmes, ils fussent poussés à ne pas se contenter d’une vertu médiocre. » Pierre a quinze ans quand son père le conduit à l’Université de Pont-à-Mousson. « Ou il prie, ou il étudie, » dit de lui l'un de ses professeurs.

La vie monastique l'attirant, il entre comme novice à l'Abbaye de Chaumousey, près d'Epinal, en 1585. Il y fait profession dans l'Ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin. Lorsqu'il est admis aux ordres majeurs, le siège de Toul est vacant. Il se présente alors à l'archevêque. Le 25 février 1589, il est ordonné prêtre. Ayant le choix entre trois paroisses, il choisit Mattaincourt, parce que la pratique religieuse y est la plus faible. Pierre Fourier a tout juste 30 ans quand il rejoint cette commune vosgienne ouverte aux influences protestantes. ll y demeure plus de 20 ans, entreprenant de réaliser à la lettre sa devise : « Ne nuire à personne, être utile à tous. » Faisant la démonstration d'une grande piété et d'un dévouement total envers les plus pauvres, il est à l’initiative d’une caisse mutuelle, la bourse Saint-Evre, mise en place pour éviter à ses paroissiens d’avoir à emprunter de l’argent aux usuriers ! Il passe également des nuits entières auprès des malades et partage ses effets personnels avec les nécessiteux. On prête à un pauvre soldat, auquel Pierre aurait donné un repas le jour de Pâques, l'éloge suivant : « Je suis content. Je prie Dieu de bon coeur, pour l’honneur de son Église, que tous les curés vous ressemblent ! »

L'école


Constatant l’insuffisance de l’instruction des filles, Pierre Fourier crée pour elles une Congrégation de maîtresses, conjuguant exercices de la vie religieuse et enseignement. La première école ouvre non loin de Mattaincourt, à Poussay. Quelques jeunes filles, à la tête desquelles Alix Le Clerc, forment le noyau de l’Ordre des chanoinesses de Saint-Augustin Notre-Dame.
Pierre Fourier ne manque en tout cas pas d'initiatives : d'après l'historien Jean Vartier, on lui doit également l'invention du tableau noir et son introduction dans les classes !
 

L'exil


Alors que Louis XIII et le cardinal de Richelieu essaient d’annexer le duché de Lorraine, sa fidélité à son souverain légitime, le duc de Lorraine et de Bar Charles IV, lui vaut d’être expulsé en 1636 par le prélat. Il trouve refuge à Gray, en Franche-Comté alors possession espagnole. Il a 71 ans. À son arrivée, il ne trouve pour logement qu'un minuscule réduit dans une vieille tour carrée, ayant seulement 3 fenêtres pour l'éclairage et une vieille cheminée pour se chauffer. Il y meurt quatre ans plus tard, après avoir employé ses dernières forces à secourir son prochain. La postérité fait le reste : il est béatifié le 10 janvier 1730 et canonisé en 1847 par le pape Pie IX.