Accédez au site du secteur pastoral du Pays-Haut

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint-Pierre-et-Saint-Paul de l'Alzette
Navigation

Empêcher que le monde ne se défasse

Guy Aurenche : «Ne nous laissons pas écraser par ces mots : droit à l’alimentation et justice climatique.»

Tel était le thème de la conférence donnée par Guy Aurenche, président du CCFD-Terre solidaire, qui a rassemblé environ quatre-vingts personnes à Villerupt le 10 mars dernier.
C’est en étant à l’écoute des cris de l’humanité que nous pourrons relever un certain nombre de défi s et en premier lieu :

- Repérer ce qui naît autour de nous et pour cela être du côté de ceux et de celles qui n’acceptent pas l’inacceptable.
- Rendre compte par une réponse écologique intégrale à cette crise socio-environnementale.
- Le droit à l’alimentation est un droit fondamental. Il donne des axes, une direction autour de la dignité de toute personne humaine.
C’est un acte de foi, une conviction, il ouvre aussi à des devoirs, mais des mesures économiques, politiques, financières sont nécessaires.
- La justice climatique abordée lors de la Cop 21 peut dériver vers des formes de justice, mais aussi d’injustice.

En nous dépeignant des réalités d’aujourd’hui (d’ici 2080 ce sont six cents millions d’hommes et de femmes en plus qui souffriront de sous-alimentation),
il en tire des conclusions (flux migratoires) et des productions modifiées en tout genre.
Notre lucidité par rapport à ce contexte de mondialisation nous amène à revisiter notre vivre ensemble, à remettre en cause nos systèmes économiques, financiers, à en finir avec l’idolâtrie du «dieu argent», et surtout à nous poser la question du «sens» de ce que nous vivons.

Mais des solutions existent : soutien à des agricultures familiales, vivrières, énergies renouvelables, placements éthiques et solidaires.

Le plaidoyer propose des solutions nouvelles et permet d’exercer pleinement notre citoyenneté : régulation, contrôle du pouvoir politique.
Albert Camus disait déjà en 1958 : «Empêcher que le monde ne se défasse.»

Revisitons aussi notre relation à la nature.

Bref, une soirée qui interroge aussi notre action de consommateur dans cette société et qui dégage des signes d’espérance dans la solidarité, un vivre ensemble «harmonieux». Chemin vers la paix !


Nicole Morin