Accédez au site du secteur pastoral du Pays-Haut

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Notre-Dame de la Moulaine
Navigation

En guise d'au revoir


«Chrétiens sans frontières» a demandé au père Serge Gérardy qui s'apprête à quitter
le secteur pastoral du Pays-Haut, de répondre à quinze questions, sur une vingtaine proposée,
un peu à la manière du questionnaire de Marcel Proust.

La dernière fois où vous avez ri ?
À la pastorale des jeunes.
Toute l’équipe s’entend bien et Dany, notre diacre, est vraiment trop drôle !

Vos dernières larmes ?
En janvier, avec la rénovation de l’église de Cantebonne ; que de stress !

Un lieu paroissial où vous vous sentez bien ?
L’équipe de catéchèse pour les enfants de la paroisse Notre-Dame de la Moulaine.
Petite équipe qui cogite, qui travaille, qui bricole et qui blague !

Votre vertu préférée ?
La discrétion.

Votre péché mignon ?
Les gâteaux… oups, je suis gourmand.

Le don de Dieu que vous auriez voulu posséder ?
Je suis bien à ma place et ne jalouse pas Dieu.

Quels propos tiendriez-vous à Jésus, s’il se trouvait devant vous ?
Merci Jésus d’avoir toujours été présent dans ma vie, et encore plus présent les jours difficiles.

Qui, selon vous, sera au paradis ?
Tous les saints du quotidien, ces gens dont on ne parle jamais et qui font tant de bien autour d’eux.

Pour vous, qu’est-ce que l’enfer ?
C’est la trahison, l’indifférence, l’hypocrisie, le mensonge, le non-respect de la dignité humaine.

Qu’aimeriez-vous dire aux habitants de Villerupt et environs ?
Merci pour votre fidélité dans la foi, votre engagement au service de l’Église.
Ne laissez pas votre pasteur travailler seul à la mission d’évangélisation.
On ne fait du bon travail et on ne donne un bon témoignage du message de l’Évangile qu’en équipe,
chacun dans sa vocation, mais ensemble.

Une des raisons d’espérer ?
Tous ces enfants catéchisés en Pays-Haut, tous ces baptêmes et ces adultes qui se préparent au baptême.
C’est une chance inouïe qui donne du peps à la foi !

Un regret, un remords ?
Je ne suis pas un homme du regret, j’avance.

La réforme d’Église que vous avez aimée, dans un passé proche ou lointain ?
Le concile Vatican II est une grande richesse pour l’Église, richesse à peine exploitée.

La réforme d’Église que vous attendez à l’avenir ?
Qu’on cesse de vouloir couvrir tout le terrain, on n’en a plus la force !
Qu’on privilégie des lieux spirituels forts et dynamiques, qui donnent envie de croire et
de témoigner de l’Évangile.

Votre prière de prédilection ?
Je prie beaucoup la Vierge Marie.

Votre modèle de sainteté ?
Saint Ignace de Loyola et sainte Bernadette.

Votre devise ?
«Avance au large.»

Votre rêve de bonheur ?
Une Église unie, qui marche ensemble à la suite du Christ.

Le meilleur souvenir emporté du Pays-Haut ?
L’inauguration de la maison pastorale, un merveilleux outil pour l’évangélisation.