Accédez au site du secteur pastoral du Pays-Haut

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les apôtres Pierre et Paul

Jésus est-il vraiment ressuscité ?

Pour les chrétiens, Jésus est ressuscité le troisième jour suivant sa mort sur la croix, vers l'an 30 à Jérusalem.
Cet élément central de la foi chrétienne est-il une légende ou un réel événement historique ?

Quels sont les faits ?

Tout historien sérieux admet l'existence et la mort de Jésus ; plusieurs témoignages antiques, chrétiens ou non, le prouvent.
Néanmoins, la mort de celui-ci est suivie d'un épisode surprenant pour la critique historique mais qui interpelle par les effets incalculables qu'il a produits : la Résurrection.
Les sources rédigées alors que vivaient encore les témoins de ces événements, présentent des détails descriptifs qui ne laissent que peu de place au doute.
Après trois années de vie publique en Palestine, Jésus qui suscitait l'étonnement par sa vie et son message, va finalement être condamné à mourir crucifié par les autorités politiques et religieuses de son temps.
Son cadavre fut mis dans un tombeau. Une lourde pierre en fermait l'accès ; il fut scellé et surveillé par une garde romaine. Néanmoins, le tombeau fut retrouvé vide au matin du troisième jour. Les soldats avaient perdu connaissance pendant leur garde. La lourde pierre qui en fermait l'accès est roulée sur le côté ; à l'intérieur, il ne reste que les linges qui enveloppaient le corps du défunt.
Suite à une série d'apparitions où ils auraient vu Jésus, ses disciples vont alors annoncer qu'il est ressuscité.

Le tombeau était-il vide ?

Il est intéressant de remarquer que les disciples sont restés à Jérusalem pour y annoncer la résurrection du Christ. Si son tombeau n'avait pas été vide, personne à Jérusalem n'aurait pu effectivement soutenir la résurrection, ne serait-ce qu'un seul jour.
En effet, on aurait rapidement pu démontrer la fausseté de leurs discours dans cette ville qui était devenue si hostile à Jésus en ouvrant le tombeau et en exhibant son cadavre.
De plus, le caveau était facilement identifiable : il appartenait à un dignitaire juif nommé Joseph d'Arimathie, il était scellé et surveillé par une garde romaine pour éviter un éventuel rebondissement incongru.
Même parmi les adversaires juifs du christianisme, on a préféré accuser les disciples du vol du cadavre de Jésus plutôt que d'affirmer que le tombeau n'était pas vide.
Les Juifs et les Romains qui avaient condamné Jésus n'avaient aucun intérêt à voler son corps. La présence du cadavre dans le tombeau prouvait qu'il n’était pas le Messie, mais un imposteur. Enfin, si des voleurs l'avaient dérobé, ils l’auraient revendu aux dignitaires juifs, qui avaient déjà payé pour la capture de Jésus.

Le corps de Jésus a t-il été volé et caché par des disciples?

Les disciples ont été systématiquement emprisonnés, torturés, tués ou envoyés en exil par les autorités parce qu'ils affirmaient avoir vu Jésus vivant. S'ils avaient volé le corps ; auraient-ils accepté le martyr pour quelque chose qu'ils savaient faux? C’est la preuve que leur témoignage était vrai, car personne n'est prêt à mourir pour un mensonge.
Contrairement à certaines personnes persécutées pour leurs idées ou croyances, elles ont accepté de mourir pour avoir témoigné d'un fait : le Christ leur est apparu vivant. C'était la base de leur prédication.
Après la mort de Jésus, l'avenir du christianisme repose sur quelques disciples complètement démoralisés. Ils n'ont pas de relations, pas d'argent et rien pour séduire le monde de par leurs origines modestes. Les Evangiles dressent un portrait d'eux sans concessions ; ils sont souvent décrits comme peureux, sceptiques, lents à la compréhension. Tout devait s'arrêter là pour le christianisme.

Comment ces disciples lâches et peu subtils auraient pu soudainement trouver le courage inattendu d'annoncer la Résurrection alors qu'ils savaient qu'ils allaient être persécutés ?
Ce retournement psychologique est inexplicable sans les apparitions du Christ.
Seule la Résurrection de Jésus permet d'expliquer la naissance et l'expansion miraculeuse de l'Eglise.
Dans l'Antiquité, il y a eu des messies autoproclamés qui ont su créer un enthousiasme collectif en Palestine, comme Theudas ou Judas le Galiléen. Suite à leur mort ou à leur exécution, le mouvement qu'ils ont créé s'est vite essoufflé pour finalement disparaitre.
Alors qu'en trois siècles, le christianisme malgré les attaques croissantes, réussira contre toute logique humaine à compter de plus en plus de convertis pour finalement devenir la religion principale de l'Empire romain. C'est la seule religion qui a réussi à s'imposer en bouleversant le système qui le persécutait par la force de témoignage de ses martyrs.

Et si les apparitions de Jésus n'étaient que des hallucinations ?

Il ne peut pas s'agir d'une projection mentale d'illuminés car les disciples ne s’attendaient pas à la résurrection. Au début, ils refusaient même de croire les premiers témoignages des femmes.
Ils ont dû voir et même toucher le Christ pour admettre la Résurrection.
Des hallucinations n’expliqueraient pas qu’autant de personnes (environ cinq cents) aient eu des expériences similaires dans des contextes différents pendant plusieurs jours.
De plus, des adversaires du christianisme naissant comme saint Paul, ont également affirmé avoir vu Jésus vivant.
Enfin, comment des hallucinations pourraient-elles expliquer le fait que le tombeau soit vide ?

Est-ce que Jésus était bien mort ?

Cette hypothèse est complètement absurde au vu de la série de tortures qu'il a subies et de ce que l'on sait des châtiments romains.
Il a été flagellé puis crucifié, châtiment atroce et dégradant réservé aux esclaves, où la mort survient par asphyxie. Son décès a été constaté en transperçant l’une de ses côtes, touchant des organes vitaux. Même s’il avait survécu, il serait rapidement mort dans sa tombe. Qui plus est, il aurait dû déplacer l'énorme pierre qui fermait celle-ci et passer entre les soldats.

Jésus est ressuscité... qu'est ce que ça change pour moi ?

Croire que le Christ est vivant n’est pas qu'une une idée à admettre, mais une invitation à se laisser guider par lui. Non seulement sa résurrection implique la résurrection des morts, mais elle nous aide à revoir le rapport que nous avons au monde, à nous-mêmes, aux autres et à Dieu. Elle révèle la signification ultime du monde.


Texte libre de droit
Secteur Pastoral du Pays-Haut