Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Secteur pastoral du Pays-Haut
Navigation

Le Feu de Dieu

Un sportif, quelle que soit sa discipline, doit avoir une bonne capacité pulmonaire pour courir, sauter ...
Mais pour marcher avec Jésus, pour passer les difficultés spirituelles, ne faut-il pas aussi du souffle ?
Si la respiration est à la fois aspiration-expiration, elle est tout autant inspiration.
Or l’Esprit Saint est souffle créateur.

La fête de la Pentecôte nous le rappelle. Ce mot grec signifie 50 jours.
La tradition juive (Lévitique, 23, 15) célèbre la fin des moissons sept semaines (Chavouoth = fête des Semaines) après leur début.
Durant ce pèlerinage, on louangeait le don de la Loi reçu au Sinaï.
Un lien chronologique s’établit avec la Pâque juive commémorant la libération du peuple hébreu.

Mais pour les chrétiens, s’ajoute l’événement narré dans les Actes des Apôtres, 2, 1-13. En effet 50 jours après Pâques, 10 jours après l’Ascension, les apôtres réunis à Jérusalem autour de Marie entendirent à l’heure de tierce (9 H) un grand bruit, escorté d’un fort coup de vent.

Des langues de feu se posèrent sur leur tête. L’Esprit Saint était à l’œuvre.
Les apôtres se sentirent forts, sortirent dehors, proclamèrent leur foi en Jésus, et ce en diverses langues.

Si le mot Esprit traduit un vent fort dans l’Ancien Testament, n’omettons pas ce souffle vital et discret de la respiration spirituelle animant tous les hommes et parfois symbolisé par une colombe.
L’Esprit Saint, c’est une personne vivante, fruit de l’Amour du Père et du Fils : Jésus est né grâce à l’Esprit, a vécu dans l’Esprit et a été ressuscité par l’Esprit du Père.

Cette effusion de l’Esprit est gage d’une nouvelle alliance de Dieu avec son peuple, formalisée par la création de l’Eglise.
La division des peuples (souvenir de Babel) est rappelée tout comme est proclamée la vie en communion fraternelle et la compréhension universelle.
Dotés de force et d’intelligence, les apôtres sont invités à continuer l’œuvre de vérité et d’amour de Jésus. Cet esprit d’amour doit aussi nous vivifier et fortifier afin de pouvoir « aimer notre prochain comme nous-mêmes ».
Ainsi l’Esprit du Christ est donné durablement à l’Eglise et permet d’accomplir sur terre l’œuvre d’évangélisation, de rédemption et de sanctification, et ce jusqu’à la fin des temps.

Que le feu du Saint Esprit, que la lumière de la Pentecôte nous purifie de l’obscurité où trop souvent le monde se complaît pour nous mener à la plénitude de la vie divine !
D. Jacob