Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Secteur pastoral du Pays-Haut
Navigation

Christ est vraiment ressucité

« Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rend au tombeau. La pierre a été enlevée... Les bandelettes ont été déposées... Le linge est roulé à part » (Évangile selon saint Jean, 20).

Étymologiquement, « Pâques » signifie « passage » : par ce passage de la mort à la Vie, le Christ a sauvé l’Homme du péché et l’a appelé à la vie éternelle. La Résurrection du Christ est l’accomplissement des promesses faites par Dieu à son peuple. C’est pourquoi la fête de Pâques, célébrée par une messe solennelle, est le sommet du calendrier liturgique chrétien. Ce jour d’allégresse est marqué dans les églises par la couleur blanche ou dorée, symbole de joie et de lumière.

 

On dit habituellement que la foi en la résurrection n’est formulée dans l’Ancien Testament que dans les écrits les plus tardifs et que l’idée de résurrection est le fruit d’une réflexion récente. À l’opposé, Jésus ressuscité s’étonne que ses disciples soient lents à le reconnaître. Selon ses dires, toute la Loi et les Prophètes éclairent sa résurrection. Et si l’on prenait au sérieux ce que dit Jésus ? Et si toute l’Écriture parlait bien de résurrection ? L’auteur lit ici les Livres de Samuel en tant que texte fondateur de l’histoire messianique. Une quantité étonnante d’images, de scènes récurrentes, de termes présents dans les Évangiles trouvent en Samuel des racines profondes et repérables : les femmes comme annonciatrices de la vie, les itinéraires jalonnés de « tombeaux vides », les messies et leurs fils menacés de crucifixion, de transpercement, les pierres qui roulent, etc. L’auteur propose cette étude comme un « essai biblique » : son enquête procède sans a priori théologique, sans théorie herméneutique stricte au départ. Elle prend le parti que l’exhortation à lire les Écritures est possible, même pour ceux qui, comme les pèlerins d’Emmaüs, ont du mal à croire et n’ont pas de formation biblique spéciale. Elle tente de faire droit au Nouveau Testament quand il préconise la lecture de l’Ancien comme source, horizon, référent, et aussi comme clé de compréhension.

Livres de Samuel et récits de la résurrection. Philippe Lefèbvre 2004 éditions du Cerf