Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Sainte-Claire en Jarnisy Sainte-Claire en Jarnisy
Navigation

Un marginal en modèle

Un Marginal en modèle

 

- c’est fabuleux, les paraboles ! Jésus était vraiment un as de la communication !

- Oui, mais une fois qu’on les a entendues, on connaît la morale. Et on « zappe ».

- Mais ce n’est pas qu’une question de morale ! Jésus est bien plus qu’un donneur de leçons !

- Oui, je sais bien qu’on a voulu tout décrypter. Par exemple, le Bon Samaritain, c’est Jésus ; l’homme blessé, Adam ; l’hôtellerie, l’Eglise.

- les exégètes sont habiles, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse vraiment. Non, les paraboles me plaisent parce qu’elles offrent un visage de Jésus déroutant.

- Ce n’est pas très déroutant que de dire qu’il faut aimer son prochain et s’occuper du blessé sur le bord du chemin.

- Certes. Mais Jésus dit plus que cela ! Il nous dit qu’il faut agir comme le Samaritain, puisque c’est lui qui est reconnu comme le prochain, dans cette histoire. Et pas le blessé !

- Et alors ?

- Eh bien, pour un juif de l’époque de Jésus, c’est incroyable que d’avoir un Samaritain comme modèle de prochain ! « Samaritain », c’était une injure ! Comm « sale Arabe » chez nous !

- Je comprends. Les notables juifs ont dû faire une drôle de tête ! D’autant que le prêtre et le lévite, eux, n’ont pas su s’approcher du blessé.

- Parce qu’ils avaient peur d’être souillés. Ils observaient trop bien la Loi. Une fois de plus, Jésus nous libère de nos carcans, de nos préjugés. Le Blessé lui-même, sans doute un juif, il lui faudra aussi reconnaître le Samaritain comme son prochain !

- Je vois, c’est plus qu’une leçon sur l’aide à donner à celui qui souffre.

- Mais cela n’exclut pas d’apporter cette aide !