Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Sainte-Claire en Jarnisy Sainte-Claire en Jarnisy
Navigation

le Bambou

      Le Bambou :

 

       Il était une fois un roi fameux qui avait un beau jardin. Le soir dans la fraîcheur, il aimait s’y promener admirer les plantes. Et quoiqu’elles fussent plus belles les unes que les autres, il avait sa préférée : un bouquet de bambous au bord d’une pièce d’eau claire.

       Du bambou, le roi aimait la sveltesse, les lignes pures et simples. Assis à son ombre, il passait des heures à écouter le bruissement des feuilles, le murmure des branches se balançant ensemble. Le bambou de son côté, au fur et à mesure de sa croissance, se réjouissait du plaisir de son maître. Or un jour, celui-ci observa le bambou plus longuement que d’habitude, puis lui dit : « Bambou, je veux me servir de toi. » Le bambou frémit de joie : il avait toujours su dans son cœur que son destin ne se bornerait pas à faire les délices du maître.

« Maître, affirma-t-il, utilise-moi comme tu voudras, j’en serai très honoré ». Le maître reprit : « Bambou, il faudra que je te coupe » Le bambou pâlit, horrifié. Toutes ces années de croissance dans le beau jardin n’auraient donc servi à rien ? « Si je ne te coupe pas, poursuivit le Maître, tu ne peux pas m’être utile… »

       Le jardin fit silence et s’immobilisa ; Le bruissement des branches du bambou cessa ; Les oiseaux arrêtèrent leur gazouillis. Un long moment passa, puis le bambou déclara d’une faible voix : « Si pour t’être utile, il faut que je sois coupé, maître, alors, coupe-moi ».

« Il me faudra aussi ôter tes branches et tes feuilles ». Le bambou se sent accablé : lui qui avait mis toute sa fierté dans ses branches et ses feuilles ! Lentement, avec une grande tristesse, il dit « Maître, si tu ne peux m’utiliser qu’en ôtant mes feuilles, prends-les »
Ce n’est pas tout, ajoute le maître, il me faudra aussi arracher ton cœur…

       A présent les ténèbres sont tombées sur le jardin, mais elles ne sont rien comparées aux ténèbres que ressent le bambou. Il faudra donc tout perdre ! Longtemps il hésite, puis : « Maître s’il me faut tout perdre pour t’être utile, prends tout… »

       Le maître coupe le bambou, le dépouille de ses feuilles et de ses branches, creuse son cœur. Il sort le bambou du jardin luxuriant, le porte dans les champs arides qui s’étendent sans vie sous le soleil brûlant. Il le branche à une source d’eau limpide ; celle-ci se met à couler à travers le bambou et peut désormais arroser les champs assoiffés. Les champs se recouvrent d’eau, on plante  du riz, des pommes vertes grandissent. C’est encore plus beau que dans le jardin du maître !

       Puis c’est la moisson. Des hommes et des enfants chantent de joie ; le bambou et l’eau de la source chantent avec eux.