Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Sainte-Claire en Jarnisy Sainte-Claire en Jarnisy
Navigation

Jésus nous avertit !

                            

                                                 

Jésus nous avertit : l’amour pour les autres – les étrangers, les malades, les prisonniers, les sans domicile fixe, même les ennemis – est l’unité de mesure de Dieu pour juger nos actions

Jésus nous enseigne à être miséricordieux comme le Père. Dans la parabole du bons Samaritain, il dénonce l’omission d’aide devant l’urgente nécessité de ses semblables : « il le vit et passa outre ». En même temps, à l’aide de cet exemple, il invite ses auditeurs, et en particulier ses disciples, à apprendre à s’arrêter devant les blessures des autres pour les soigner, avec les moyens dont on dispose, à commencer par son temps, malgré les nombreuses occupations. L’indifférence, en effet, cherche souvent des prétextes : dans l’observance des préceptes rituels, dans la quantité de choses qu’il faut faire, dans les antagonismes qui nous tiennent éloignés les uns des autres, dans les préjudices de tout genre qui nous empêchent de nous faire proches.

La miséricorde est le cœur de Dieu.

Elle doit donc être aussi le cœur de tous ceux qui se reconnaissent membres de l’unique grande famille de ses enfants ; un cœur qui bat fort partout où la dignité humaine – reflet du visage de Dieu dans ses créatures – est en jeu. Jésus nous avertit : l’amour pour les autres – les étrangers, les malades, les prisonniers, les sans domicile fixe, même les ennemis – est l’unité de mesure de Dieu pour juger nos actions. De cela dépend notre destin éternel. (…) Voilà pour quoi il est déterminant pour l’Église et pour la crédibilité de son annonce de vivre et de témoigner elle-même de miséricorde. Son langage et ses gestes doivent transmettre la miséricorde pour pénétrer le cœur des personnes et les inciter à retrouver le chemin du retour au Père.

 

Pardon et don de soi.

La vérité première de l’Eglise est l’amour du Christ. De cet amour, qui va jusqu’au pardon et au don de soi, l’Eglise se fait servante et médiatrice auprès des hommes. En conséquence, là où l’Eglise est présente, la miséricorde du Père doit être manifeste. Dans nos paroisses, les communautés, les associations et les mouvements, en bref, là où il y a  des chrétiens, quiconque doit pouvoir trouver une « oasis de miséricorde ».

Pape François