Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint-Jean-Marie Vianney Saint-Jean-Marie Vianney

LE CREDO

Réflexion Sur le CREDO, par Etienne d'HAUSEN, prêtre de l'Oratoire

 

1.    Les chrétiens croient en un Dieu créateur

1/ À l’origine de tout : il y a non pas le hasard, mais Dieu

« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » : ainsi débute la Genèse, le premier livre de la Bible. Le temps, l’espace, les milliards d’années, les distances infinies, les galaxies, notre petite planète, les hommes, tout ce qui vit et existe, tout ce qui a existé et tout ce qui existera : absolument tout trouve son origine en Dieu. Avant ce « commencement », il n’y avait … « rien » (ce que notre esprit ne peut pas se représenter).

2/ Dieu crée librement et par amour

Que Dieu soit à l’origine de la création, c’est une conclusion à laquelle les philosophes sont arrivés assez tôt, mais d’une façon confuse et imparfaite. La Bible nous éclaire beaucoup en nous révélant que Dieu a lancé ce grand projet librement et par amour. Librement, sans aucune nécessité, car Dieu n’a besoin de rien. C’est surtout par amour qu’il nous a créés et ne cesse de nous donner l’être, pour communiquer à sa création sa propre vie. Aussi la création, dans la Genèse, est une œuvre bonne : il n’y a en elle aucun principe de mal, elle vient de Dieu et est faite pour Dieu. Parce que le monde créé par Dieu est bon, l’Église ne cesse de rappeler que l’homme doit respecter la création de Dieu.

3/ La science explique le « comment », la foi le « pourquoi »

Les résultats de la science ont semblé détruire l’idée d’un Dieu créateur. En réalité, si la science peut expliquer le « comment », elle ne saura jamais expliquer le « pourquoi ». La théorie de l’évolution peut être juste, mais n’empêche pas que Dieu soit la « cause première » de tout. La Bible n’explique pas le « comment » mais elle révèle les vérités profondes sur l’origine de l’homme. Ce qui est ici essentiel, c’est de voir que derrière la création du monde et de l’homme, il y a non pas le hasard, mais une Intelligence, un projet, une Personne : Dieu.

4/ Chaque vie humaine est voulue personnellement par Dieu

Les chrétiens croient que Dieu a créé le monde visible, et aussi invisible (les anges), et qu’au sommet du monde visible, il y a l’homme (en sens générique : l’homme et la femme). C’est pour l’homme que Dieu a créé tout le reste. C’est à lui que Dieu veut partager sa vie.

Dieu veut, non des marionnettes, mais des personnes qui accueillent son amour : aussi il a mis en l’homme la liberté et l’intelligence, et aussi le désir de Dieu. Créé « à l’image de Dieu », l’homme seul (et tout homme de façon égale) a la dignité de « personne », parce que capable de se donner, d’entrer en communion avec d’autres. La distinction et la complémentarité entre l’homme et la femme, faits l’un pour l’autre, sont un reflet de Dieu qui est don, communication.

L’homme est, ensemble, un corps et une âme. C’est important ; la foi chrétienne ne dévalue pas mais respecte le corps, appelé avec notre âme à la vie de Dieu. Les chrétiens croient donc que leurs corps ont une si grande dignité qu’ils ressusciteront.

5/ La liberté, l’entrée du mal, Dieu est plus fort que le mal

L’unique enjeu d’une vie humaine et du temps sur terre, est de découvrir l’amour de Dieu, et d’y répondre. Cela implique que l’homme peut refuser Dieu et c’est ce qui s’est passé. Ce refus, raconté par la Bible, a été ensuite appelé « péché originel ». C’est comme cela que le mal moral (le refus de Dieu, et donc la mort) est entré dans le monde. Dieu n’a pas créé le mal, mais il le permet, en respectant la liberté de sa créature. Les chrétiens font l’expérience comme tous les hommes, du mal et de la souffrance. Mais ils croient que Dieu conduit malgré tout l’histoire, qu’il est plus puissant que tout le mal qui s’accumule, et qu’il est même capable d’en tirer, mystérieusement, un plus grand bien. Ils le croient d’abord parce que le Christ, Dieu fait homme, venu dans l’histoire des hommes, est mort et ressuscité, et entraîne toute la création vers Dieu.

 

2 - Les chrétiens croient en un Dieu Trinité

Un Dieu qui dit « Nous »

Le Dieu des chrétiens, celui qui a tout créé par amour, s’exprime, dès les premières pages de la Bible, en disant « nous » : « Faisons l’homme à notre image » (Genèse 1, 26). Qu’y a-t-il derrière ce mystérieux « nous » de Dieu ?

Dieu est unique

Commençons par évacuer l’hypothèse de plusieurs dieux. Dieu révèle progressivement au peuple juif qu’il n’y a qu’un seul Dieu, que les dieux des peuples qui entourent Israël sont des faux dieux, des idoles un peu trop à l’image des hommes. Dieu ne peut être qu’unique, absolument différent de nous et au-delà de tout, sinon il ne serait pas Dieu. Dieu est LE TOUT-AUTRE. C’est ce qu’affirme chaque jour le Juif pieux, lorsqu’il répète : « Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est le seul Dieu » (Deutéronome 6, 4).

Mais le Dieu de la Bible semble ne pas être seul en lui-même

Dieu est donc unique, mais il s’exprime en disant « nous », comme si en lui il y avait un dialogue, un échange. Il y a, dans l’Ancien Testament, dans les Psaumes par exemple, bien des indices étonnants d’une pluralité à l’intérieur de Dieu. Oui, Dieu est unique, mais ce Dieu unique n’est pas tout seul à l’intérieur de lui-même. Il n’est pas un bloc de granit monolithique. En lui, il y a une mystérieuse communication de vie, d’amour.

Jésus nous révèle que Dieu est « Père, Fils, Esprit »

 

Il faudra attendre Jésus pour découvrir l’immense richesse de cette vie à l’intérieur de Dieu. Jésus naît. C’est un homme parmi les hommes, mais qui parle de Dieu comme de son Père, et lui-même se désigne comme « le Fils ». Il se dit envoyé par le Père et l’on saisit qu’il y a entre eux deux une relation d’amour infinie et éternelle : au baptême de Jésus, une voix du ciel dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ». Et Jésus parle souvent de « l'Esprit Saint, que le Père enverra » après sa mort (Jean 14, 26).

Mais les chrétiens vont mettre du temps à le découvrir

Tout part de l’expérience de la résurrection : « Ce Jésus, Dieu l'a ressuscité, nous en sommes témoins » (Actes des Apôtres 2, 32). Les apôtres comprennent que Jésus était vraiment le Fils unique de Dieu venu chez les hommes. Ils se rappellent son témoignage sur le Père et l’Esprit : comme Jésus vient de Dieu, il peut dire qui est Dieu. Enfin, avec la méditation de saint Paul, des évangélistes (surtout de saint Jean, fin 1er siècle), puis avec les 1ers conciles, les chrétiens découvrent et croient qu’en Dieu il y a 3 Personnes distinctes : le Père est Dieu, le Fils est Dieu, l’Esprit est Dieu, et tous les trois sont un seul Dieu.

Un seul Dieu, trois Personnes : un jaillissement permanent d’amour

Comprendre Dieu, c’est impossible, car Dieu nous dépasse infiniment. Sans Jésus, nous n’aurions jamais pu savoir que Dieu est Trinité. Mais on peut réfléchir à partir de cette affirmation, sommet de toute la Bible : « Dieu est amour » (1 Jean 4, 8). L’amour n’est pas une réalité immobile, il est toujours en mouvement, et cherche à se communiquer, à se donner. Si Dieu est amour, il ne peut pas être seul et fermé sur lui-même. Il doit nécessairement inclure une « pluralité », un mouvement. La « Sainte Trinité » est cet échange éternel, infini, d’amour entre les trois Personnes divines. Le Dieu des chrétiens est un jaillissement permanent d’amour. Et Dieu n’a pas d’autre projet que faire entrer l’homme dans ce mouvement d’amour. « Faisons l’homme à notre image », avait dit Dieu.

L’image des 3 bougies

Les enfants comprennent très bien que Dieu est une seule réalité, en trois Personnes. Ils comprennent que l’amour unit : plus on s’aime, plus « on ne fait qu’un ». C’est vrai pour des époux, une famille, c’est infiniment plus vrai en Dieu : en lui, il y a une unité infinie car il y a un amour infini, tel un feu, toujours vivant. Prenons encore l’image de 3 bougies : séparées, elles sont bien trois réalités distinctes ; mais, réunies, elles font une seule flamme.