Accédez au site du Diocèse de Nancy et de Toul Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La Sainte-Trinité au Nord-Est de Nancy La Sainte-Trinité au Nord-Est de Nancy
Navigation

La tradition de la crèche

Crèche de Lyon St-Nizier

L’enfant-Jésus y a été déposé à la messe de la nuit de Noël, le 24 décembre

 

                       Crèche de la cathédrale de Nancy

 

Cette coutume qui nous vient d’Italie à traversé les Alpes pour venir se développer particulièrement en Provence. Les premières crèches étaient des crèches vivantes où l’on représentait avec des personnages réels la scène de la Nativité. Saint François d’Assise en aurait lui même réalisé une, en 1223, dans une grotte de Greccio pour la messe de Noël.

Les représentations réduites avec des santons sont attestées à Prague au 16ème siècle sous l’impulsion de Jésuites. La plus ancienne crèche visible est conservée au musée de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. Sculptée en pierre à la demande du pape Nicolas IV, elle daterait de 1288.

Dans les maisons, elles apparaissent en Italie dans les familles nobles de Naples et représentaient, outre la naissance de Jésus, la vie quotidienne. Le principe est le même dans la crèche provençale qui s’est développée à partir de la révolution lorsqu’il était interdit d’en faire des représentations publiques. Le nom de santon vient d’ailleurs du mot provençal santoun qui veut dire petit saint. En Provence, subsiste la tradition des fêtes calendales qui commencent le 4 décembre et s’achèvent le 2 février à la Chandeleur. La crèche y est exposée sur toute cette durée. Généralement ailleurs on la démonte quelque temps après l’Épihanie. La tradition de la crèche est devenue universelle chez les catholiques et dans les églises.