Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Catholiques en Meurthe-et-Moselle

Ça m’apporterait quoi, d’être confirmé ?

« Ça m’apporterait quoi, d’être confirmé ? » 
 

Imaginons que vous fassiez partie de ces baptisés que la vie a un peu éloignés de l’Église, mais qui continuent à se reconnaître dans le message chrétien et aimeraient « renouer ». Ou que vous ayez senti ces temps-ci -peut-être devant notre monde abîmé-, comme un appel à aller plus loin : plus loin dans l’engagement, la prière et même… l’amitié avec Jésus Christ.

D’abord, soyez sûr que c’est Dieu qui parle à votre cœur. N’éteignez pas son appel !

Pour les catholiques, les « sacrements » permettent à la vie de Dieu d’entrer dans nos vies : ils sont comme le doigt de Dieu qui vient toucher -et donc guérir, régénérer, sauver- nos corps et nos existences.

Dieu fait vraiment cela dans chaque sacrement ! À commencer par le baptême : vous avez peut-être été baptisé petit, mais un grand renouvellement de toute votre personne s’est produit. Dieu a gravé en vous son alliance éternelle. Mieux : il a fait de vous, en Jésus, son enfant pour toujours. C’est votre identité, à jamais ! Dans la confirmation, Dieu répand en nous, de façon nouvelle et décisive, son Esprit, afin que nous puissions vraiment vivre en enfants de Dieu. C’est-à-dire aimer comme et avec Jésus.

Demander la confirmation, c’est donc dire à Dieu notre bonne volonté, notre désir de vivre plus près de Lui.
S’y préparer, c’est aussi redécouvrir les « fondamentaux » de la foi.
La recevoir, c’est recevoir de façon certaine, le don le plus précieux de Dieu : son propre Esprit !

P. Étienne d’Hausen, co




Vous êtes baptisé et vous aimeriez compter davantage sur la force de l'Esprit Saint en étant « confirmé » ?...
Dans votre entourage, vous connaissez des personnes qui pourraient recevoir ce sacrement ?...

Sachez qu'il n'y a pas d'âge pour recevoir le sacrement de la confirmation, ni de condition requise : l'Église l'offre à tous les baptisés !

Alors, n'hésitez pas à vous signaler à votre paroisse ou à appeler tel ou tel, et à l'encourager à cheminer vers la prochaine célébration du 3 juin 2017.